Dévorer des yeux

Les films de bouffe

Le cinéma est aussi un moyen privilégié pour explorer les enjeux liés à l’alimentation. Les documentaires sur la nourriture se multiplient depuis quelques années et jouent un rôle central dans la sensibilisation du grand public sur les conséquences de nos choix alimentaires. Avec Alexandre Gagnon de l’Association végétarienne de Montréal et véritable vidéothèque vivante, je vous propose un top 10 de nos documentaires préférés.

Nous avons dû faire des choix. Exit les documentaires encore impossibles à trouver comme Sea the Truth ou Dive. Nous vous en reparlerons plus tard lorsqu’on pourra facilement les trouver sur Internet ou mieux, sur grand écran. Pour s’en tenir à une liste de 10, on a aussi dû mettre de côté d’excellents documentaires comme Bacon dont on a déjà beaucoup parlé au Québec et d’autres qu’on avait moins de mal à oublier comme Supersize me. Et il y a quelques films qu’on n’a simplement pas vus, comme King Corn ou Future of Food. Finalement, il y a des documentaires comme Les Glaneurs et la glaneuse d’Agnès Varda qui ne parlent pas directement de nourriture mais qui auraient bien leur place dans ce palmarès parce qu’ils nous amènent à reconsidérer notre façon de consommer. Encore là, on aura bien d’autres occasions d’en parler. Et justement, si vous pensez à des films qui ne figurent pas dans cette liste, n’hésitez pas à nous les proposer dans les commentaires.

Bons films !

1. Meat the truth

Hollande 2008, 74 minutes. Site officiel
Il est possible de voir le film au complet ici, avec sous-titres anglais.

J’ai tellement aimé le film que je l’ai sous-titré moi-même dans le but de le présenter au Cinéma du Parc. Il encourage son public à devenir végé pour sauver la planète et son argumentaire est très bien étoffé. L’argument principal étant l’environnement, celui de l’éthique animale, celui de la santé et celui de la répartition des ressources alimentaires sont aussi couverts de façon très facile à comprendre. /AG (Alexandre Gagnon)

Meat the truth propose une bonne synthèse des différentes études consacrées à l’impact de la production de viande, avec une forte emphase sur les effets sur le réchauffement climatique. On peut lui reprocher de passer un peu vite sur les questions d’éthique animale et de traîner en longueur à certains moments, mais ce film demeure incontournable. /ED (Élise Desaulniers)

2. Un repas végé

Québec 2007, 38 minutes. Site officiel.
Le film n’est pas disponible à la Grande bibliothèque ni à la Boîte noire, mais il est possible de le commander en ligne ou encore d’en voir une version de 22 minutes ici.

Film très sympathique sur le végéta*isme. Unique en son genre au Québec. Témoignages de plusieurs régions, recherche poussée, cassage de mythes. Un très bon premier documentaire pour un jeune réalisateur vegan québécois (Stéphane Groleau). /AG

3. The Cove (La baie de la honte)

États-Unis 2009. 92 minutes. Site officiel
Le film complet est disponible en français.

Oscar du meilleur film documentaire 2010, sur la pêche controversée de plus de 23 000 dauphins dans une petite baie à Taiji dans la préfecture de Wakayama au Japon. Le film a été réalisé par un ancien photographe du National Geographic et filmé secrètement. Le film suit les pérégrinations de l’ancien dresseur de dauphin devenu activiste Ric O’Barry qui enquête sur la chasse au dauphin à Taiji au Japon. Dans les années 1960, Ric O’Barry capture et dresse cinq dauphins sauvages qui joueront le rôle de Flipper dans la série télévisée éponyme.

Plus un film sur la cruauté animale qu’un film sur la nourriture. Le commentaires n’est pas nécessairement végétarien, même si on se doute que les personnages principaux le sont. Un excellent film néanmoins, émouvant, troublant et révoltant à la fois. /AG

4. Peaceable Kingdom

États-Unis 2009, 78 minutes. Site officiel
Il est possible de voir le film complet ici, avec des sous-titres espagnols (!)


Documentaire sur Farm Sanctuary, un organisme qui protège et sauve des animaux de ferme. Le film présente leurs réalisations, les succès découlant de leurs actions et montre comment l’équipe de Farm Sanctuary change la vie des gens et des animaux qu’elle rencontre. /AG

5. Notre pain quotidien

Allemagne/Autriche 2005, 92 minutes. Site officiel
Il est possible de voir le film complet ici.


Un film sans narration à la fois fascinant et déconcertant. Pendant deux ans, le réalisateur a placé sa caméra au coeur des plus grands groupes agricoles européens et présente ses images sans aucun commentaire. On prend alors froidement conscience de ce qu’est la production de masse : une succession de machines, magnifiques et troublantes. Les animaux ne sont qu’une matière première, les hommes et femmes au travail des éléments interchangeables. Mon film préféré. /ED

6. Nos enfants nous accuseront

France 2008, 107 minutes. Site officiel.
Le film est disponible en 4 exemplaires à la Grande Bibliothèque


L’initiative d’une municipalité du Gard, en France, qui décide d’introduire le bio dans la cantine scolaire du village. Très militant, le film manque de perspective mais réussit quand même à illustrer les principaux enjeux de l’agriculture biologique. /ED
Documentaire extrêmement bien filmé et très touchant sur des communes françaises prenant la décision de choisir le bio. Ce film m’a le plus ému de tous ceux dans cette liste. /AG

7. Food inc.

États-Unis 2008, 94 minutes. Site officiel
Le film complet est disponible en français.

Ce film est surtout une enquête sur la puissance des lobbys agroalimentaires et montre l’hyper-industrialisation de la production de nourriture et ses conséquences, principalement sur la société et la santé. Tout est souligné au trait gras et le ton peut agacer. N’empêche que Food inc. demeure un film intelligent qui constitue une excellente introduction à la question des dérives de la production alimentaire. Dans le même esprit, on peut jeter un oeil à Fresh qui présente des façons alternatives de cultiver la terre./ED

Film américain qui nous révèle que la nourriture est produite, en majorité, de manière industrielle et de façon peu sécuritaire. Wow! Je ne savais pas ça! Quoi de neuf sinon? Ce film gagne des points car il nous informe sur les pratiques de cheap labor dans l’industrie de la viande aux États-Unis que je ne connaissais pas. Mais il en perd beaucoup quand on nous montre un élevage de poulets bios – soit disant persécutés par un système trop hygiénique. Perd tous ses points végés. Un autre de ces films qui nous enlève l’envie de voyager aux États-Unis… /AG

8. Terriens (Earthlings)

États-Unis 2005, 95 minutes. Site officiel
Il est possible de voir le film complet ici.

Assemblage d’images tournées par des caméras cachées, Earthlings montre en rafale tous les aspects de l’exploitation des animaux par les humains. J’ai été incapable de voir le film au complet, littéralement assommée par tant de violence. Est-il vraiment nécessaire de tout montrer? N’empêche qu’on peut admirer le courage de ceux et celles qui ont tourné ces images et grâce à qui plus personne ne peut nier le traitement que notre société inflige aux animaux. /ED

On peut reprocher au film la faible qualité de l’image et de ne pas être un « film de bouffe » à 100%. En fait, le film est divisé en 5 chapitres dont un seul concerne les animaux élevés pour la nourriture – plus long que les autres, je dois en convenir. Ce documentaire sur les mauvais traitements infligés aux animaux dans diverses industries ne laisse personne indifférent. /AG

9. Le monde selon Monsanto

France 2008, 108 minutes. Site officiel
Il est possible de voir le film complet ici.

Bon film pour le grand public. Plus un film politique et sur la déontologie scientifique qu’un film sur la nourriture. En fait j’ai été ravi que le film ne nous parle pas pendant 2 heures des dangers de contamination des espèces de légumes génétiquement modifiées et qu’on dénonce les conséquences sociales désastreuses des pratiques douteuses de la multinationale. Ce film m’a appris quelque chose malgré tout. /AG

Le film montre le déroulement d’une enquête judiciaire qui met en cause la multinationale Monsanto qui contrôle 90% des OGM. L’enquête examine les autres produits créés et exploités par Monsanto et leurs conséquences sur l’environnement et la santé. On peut toutefois reprocher au film de ne pas aborder certaines positions scientifiques favorables aux OGM. /ED

10. Le sang des bêtes

France 1948, 22 minutes
Il est possible de voir le film complet ici.

Il y a soixante ans, le réalisateur français Georges Franju consacrait un documentaire sur les abattoirs de la Villette et de Vaugirard à Paris. Un film froid, cru, objectif qui montre le travail de ces ouvriers et surtout la mort avec détachement, mais aussi un film magnifique et bouleversant. /ED

Publicités