Bouffe de gars

Fish and chips sans fish et sans chips.

On a du mal à s’imaginer une gang de gars allant souper Aux Vivres après leur game de hockey. La cuisine végétarienne a tendance à être une affaire de filles – pour chaque végétarien, il y aurait deux végétariennes. Reste que plusieurs gars, sans être complètement végétariens, décident de réduire leur consommation de viande et de produits d’origine animale. En attendant que la Cage aux sports offre des végéburgers et à quelques semaines des séries de la Coupe Stanley, j’ai essayé de voir ce que pouvait être de la bouffe de gars végétalienne.

Mon meilleur souvenir de bouffe de gars, c’est à Londres, avec Michel. Un samedi après-midi, on est dans un pub qui a des apparences de wagon de métro à l’heure de pointe. On assiste à un match de foot (ne me demandez pas qui jouait!). Évidemment, on commande un fish and chips. Mon premier – et dernier – à vie. Un plat qui n’a en apparence rien pour me plaire – un poisson sans nom entouré de panure, puis fruit, et accompagné de frites pour faire équilibré. J’avais pourtant adoré, et quelques années plus tard, j’en garde toujours un souvenir assez heureux.

Pour ma première tentative de bouffe de gars végan, j’ai essayé de reproduire le fish and chips londonien. Sans poisson et sans friture.

Le (faux) filet de poisson

Il s’agit de faire mariner des bâtonnets de tofu, de les enduire de panure et de les faire revenir dans l’huile. Par contre, on a beau vouloir manger trash, il faut quand même faire attention à acheter du tofu bio. Pour certains aliments, on peut se demander si l’appellation bio est vraiment nécessaire, mais pour les produits du soja, faut pas hésiter. 25% du soja produit au Canada serait transgénique. Les proportions peuvent être encore plus importantes pour le tofu importé. Pour savoir quels aliments peuvent contenir des OGM, on peut consulter le guide de Greenpeace.


  • Un bloc de tofu (450g)

Marinade

  • 2 gousses d’ail émincées
  • 1 c à thé de poivre
  • 1 c à thé de cumin
  • 1 c à thé d’aneth
  • 1/2 tasse (125 ml) de vinaigre blanc ou de vinaigre de malt
  • 1/2 tasse (125 ml) d’huile d’olive
  • 1 c à tb de jus de citron
  • 1 c à thé de liquid smoke

Panure

  • 1/4 tasse (60 ml) de farine de blé
  • 1/4 tasse (60 ml) de farine de mais (polenta)
  • 1/4 tasse (60 ml) de levure alimentaire
  • sel, poivre
    (ici, n’hésitez pas à ajuster en fonction de ce que vous avez, et même à utiliser de la panure commerciale)

Il d’abord faut enlever l’eau du tofu, en mettant le bloc dans du papier absorbant et en l’écrasant quelques minutes. Ensuite, on coupe en « filets » et on laisse mariner d’une à quatre heures. Finalement, on enveloppe chaque filet de panure et on fait revenir dans l’huile quelques minutes, jusqu’à ce que lesdits filets soient bien dorés.

Les frites

Je suis depuis longtemps fan des frites au four. Récemment, j’ai trouvé cette recette dans le New York Times. Elle est parfaite. On fait d’abord chauffer le four à 500F (260C) (oui oui) et on y met une plaque sur laquelle on aura placé un papier d’aluminium, surface brillante vers le haut. On nettoie et coupe 500g de pommes de terre en quartiers (ça se dit, des quartiers de patates ?) puis on les met dans un bol avec un peu de sel et d’huile. On sort la plaque du four, on y met les frites et remet ça au four à 450F (230C) pour 25 minutes. On décolle les pommes de terre, on remet environ cinq minutes et voilà.

Mayonnaise

La recette de « véganaise » parfaite qui se prépare en deux minutes…

  • Un paquet de tofu soyeux
  • Une gousse d’ail
  • 1 c à tb de moutarde
  • Filet d’huile (au goût)
  • sel, poivre.
  • 1 c à tb de relish (facultatif)

On met tout ça au robot et voilà.

Pour mettre un peu de couleur, j’ai également ajouté du Ketchup et quelques feuilles de bette à carde que j’avais fait revenir dans l’huile. Et pour faire joli, j’ai posé des pousses de daikon qui traînaient dans le frigo. Après ça, ça suffit, sans quoi ça n’aura plus l’air de bouffe de gars ! Ça commence quand les séries ?


About these ads

11 Comments

  1. Ça commence à la mi-avril. Merci pour ce twist intelligent appliqué à un original du junk food.

    Par contre, la présentation est déjà un peu trop fille. Suggestion: un seul grand plateau, les trempettes dans le milieu, le reste autour. Ça se dépose bien sur la table entre le divan et la télé. On mange avec les mains: une pour la bouffe, l’autre pour la bière. Et on espère que la puck va rouler pour nous autres.

  2. Frédéric

    Vraiment original! Belle initiative!
    La poutine également n’est pas bannie: http://www.veganquebec.net/spip.php?article172

    Aussi, le buffet des Canadiens de Montréal présentait une bonne variété de mets végétaliens, étant donné George Laraque… Je me demande ce qu’ils servaient!

  3. Ça a l’air super bon ce repas. C’est à essayer! Si je trouve le temps, je vais faire la recette de faumage à la crème que tu as mise en ligne la semaine dernière je crois.

  4. Non seulement le mérite te revient, mais le tien est plus joli. Si si!
    Je passe suite à ton commentaire chez moi, mais j’ai envie de m’éterniser ici… acquiescant au texte sur le déontologisme et le droit des animaux… m’inclinant devant le « faux » munster (qui est pour moi un vrai régal divin à défaut d’être un vrai munster)… etc, etc, etc.
    Mais j’ai mes mômes qui réclament, alors je ne fais que dire « chapeau bas »!

  5. Je garde de côté cet article, pour cette recette qui m’intéresse beaucoup. Bravo pour ton idée !

  6. J’ai fait la recette ce soir! Vraiment très bon! Je vais en parler sur mon blog (qui vient de déménager et changer de nom; anciennement Tout Simplement Vegan)
    Julika

Les commentaires sont fermés.