Séparer le bon grain de l’ivraie

La revue de l’année en nutrition du Dr Michael Greger

Si on cherche « what to eat » sur Google, on aura 184 000 000 résultats. Des centaines de livres nous disent quoi manger et l’année dernière, 5000 études relatives à la nutrition ont été publiées à travers le monde. On a d’ailleurs l’impression qu’elles se contredisent toutes. Comment s’y retrouver ? Il est difficile de croire que quelqu’un puisse lire toutes ces études, les analyser et surtout, les comparer pour se faire une idée claire de ce qu’il faut manger et ce qu’il faut éviter. Pour notre plus grand plaisir et surtout, notre santé, cette personne existe. C’est le Dr Michael Greger, un brillant boulimique de l’information doublé d’un vulgarisateur hors pair. Le Dr Greger propose à chaque année un DVD, « Latest in Clinical Nutrition » qui synthétise les découvertes des derniers mois. Il est aussi invité comme conférencier aux quatre coins de l’Amérique. Grâce à l’Association végétarienne de Montréal, le Dr Greger était à Montréal hier.

Il y a quelque chose de plutôt réjouissant à voir, par un samedi après-midi ensoleillé, plus de 300 personnes faire un compromis sur leur apport en vitamine D pour venir écouter une conférence sur la nutrition. Et il est encore plus réjouissant de voir cette salle applaudir à tout rompre après 90 minutes d’information sur ce qu’on doit manger et ce qu’on doit laisser sur les tablettes d’épicerie. Si vous avez manqué la conférence, je ne peux que vous recommander de dépenser un petit vingt dollars pour vous procurer le dernier DVD de Greger qui vous fournira plus de trois heures d’informations de pointe dans un format interactif et amusant. Comme lors de la conférence, les études sont présentées sous forme de quiz auquel toute la famille aura du plaisir à participer. En attendant, voici les principaux conseils que j’ai retenus et qui devraient vous permettre de briller (sans additif) lorsque vous ferez le quiz !

Mange tes légumes (mais pas n’importe lesquels) : Une étude (signée notamment par Richard Béliveau) a examiné l’impact de différents légumes sur la prolifération de cellules cancéreuses dans le cas des principaux cancers (sein, cerveau, poumons, etc). Certains légumes ne jouent absolument aucun rôle contre le cancer et, hélas, il s’agit des légumes qu’on consomme le plus souvent comme les carottes, les tomates, les concombres, la laitue iceberg et les pommes de terre. D’autres légumes anéantissent les cellules cancéreuses et ce, dans pratiquement tous les types de cancer : les épinards, le radicchio, les betteraves, l’ail, les oignons et les légumes de la famille des cruciformes comme le kale et le chou. Le bok choy, qui fait aussi partie de cette famille ne semble pas aussi performant que ses cousins.

Si on a pas accès à des légumes bio et qu’on doit manger des légumes plein de pesticides, qu’est-ce qu’on fait ? D’abord, on les lave (à l’eau, ça suffit. Le savon n’a aucune efficacité) et on les consomme, parce que les bénéfices liés aux légumes sont largement supérieurs aux risques associés aux pesticides.

Les choux gras. Non seulement faut-il manger des légumes de la famille des cruciformes et de l’ail, mais il faut aussi consommer du gras pour favoriser l’absorption des nutriments. Idéalement, on choisira de « bons » gras comme ceux qui proviennent de noix ou de graines ou encore des fruits et légumes naturellement gras comme un avocat. Quelques noix de grenoble ou quelques grammes d’avocat suffisent pour multiplier la performance de nos bons légumes.

En avoir gros sur la patate ! Grosse surprise, les pommes de terre sont à éviter. La pomme de terre produit un insecticide naturel qui s’avère toxique pour les humains. Si on tient absolument à manger des pommes de terre, il faut en enlever la pelure, ce qui réduirait la toxicité de 75%. Même chose pour les champignons blancs qui sont eux aussi toxiques, mais seulement lorsqu’ils sont crus. Et pendant qu’on y est, la carambole, ce petit fruit en forme d’étoile qu’on retrouve dans les salades est aussi à éviter.

Pain blanc, riz blanc, mieux que rien ? On sait tous que les grains entiers sont à préférer aux grains raffinés. Mais lorsqu’on nous sert gratuitement du pain blanc ou du riz blanc au resto, vaut-il mieux le manger ou le laisser là ? Le pain blanc et le riz blanc font plus de tort que de bien. Il vaudrait mieux les laisser sur la table (ou mieux, les rapporter pour les composter!).

Beurre ou coco, du pareil au même. Triste nouvelle. L’huile de coco aurait un effet désastreux sur le cholestérol, similaire au beurre.  L’irrésistible lait de coco qu’on nous présente souvent comme un aliment santé serait aussi néfaste sur les artères qu’un oeuf McMuffin de McDo.

Hot dog ou cellulaire ? Des études récentes confirment que le cellulaire augmente (légèrement) le risque de cancer du cerveau. Mais pire encore que le cellulaire, la consommation d’un seul hot dog par semaine multiplie les risques de cancer du cerveau par 950%. Ça rappelle une fois de plus que l’alimentation est la première cause de cancer.

Il faut toutefois se rappeler en digérant ces comptes-rendus d’études qu’elles quantifient les risques « potentiels ». Ce n’est pas parce qu’on mange des pommes de terre chaque jour qu’on va nécessairement en mourir. Le premier devoir du médecin devrait être de prévenir la maladie et c’est ce que fait admirablement bien le Dr Greger en vulgarisant la recherche scientifique pour nous permettre de faire des choix éclairés sur notre alimentation et ainsi séparer le bon grain de l’ivraie.

Finalement, je constate que l’Association végétarienne de Montréal est beaucoup plus qu’un groupe militant et joue un rôle central dans la promotion d’une alimentation saine et équilibrée au Québec. Après le lancement très médiatisé des Lundis sans viande qui aura, enfin, permis d’enlever au végétarisme son étiquette de « trip de granoles », les récentes conférences de Shiv Chopra et de Michael Greger ont montré qu’un régime végétarien était absolument viable scientifiquement mais qu’il ne fallait pas pour autant arrêter de réfléchir à ce qu’on mange. Voilà qui ne peut que contribuer à la crédibilité au mouvement. Bravo.

Publicités