Made in Taiwan

Su Shian Yuang

On s’attend à des merveilles d’un pays qui nous a donné le cinéaste Hou Hsiao-hsien mais on sait bien peu de choses de cette île à part la mention « made in Taïwan » qui tatoue tous les jouets de plastique. Le restaurant Su Shian Yuang nous permet de déguster la cuisine végétarienne familiale d’une île méconnue.

Montréal compte bien quelques restaurants taïwanais autour de l’ancien Forum mais c’est insuffisant pour nous faire découvrir cette cuisine influencée par cinquante ans d’occupation japonaise où le tempura et les algues se mélangent aux classiques chinois. Surtout que la cuisine taiwanaise laisse une grande place aux plats végétariens. Pour les bouddhistes orthodoxes, très puissants à Taïwan, le végétarisme est obligatoire. L’île compterait donc plus de 10% de végétariens et  plus de 6000 restaurants végés pour une population de 23 millions d’habitants. C’est donc toute une industrie qui s’est construite autour du sans viande. Les fausses viandes font fureur à Taipei et celles qu’on trouve chez Tiende Santé sont d’ailleurs importées de Taïwan. Le restaurant Yuan, sur St-Denis sert aussi quelques plats taïwanais à base de viandes de soja.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le restaurant Su Shian Yuang a ouvert ses portes sur Rachel il y a quelques jours. Il est tenu par une famille végétarienne arrivée de Taiwan il y a une dizaine d’années. La grande salle, dont l’entrée est située juste à côté de celle des Co’pains d’abord, rappelle l’archétype du resto chinois : décor minimal, plafond suspendu, fontaine feng shui, napperons de papier, fleurs artificielles et ballons au dessein douteux. On fait son choix à l’aide d’un crayon-marqueur directement dans le menu parmi plus d’une cinquantaines de spécialités sans fausse viande : plats de nouilles, tofu frit, roulés, fondue chinoise et même quelques desserts. Les plats contenant des oeufs, des produits laitiers ou des noix sont clairement identifiés et aucun ne contient d’ail ou d’oignons au plus grand plaisir des estomacs difficiles (les bouddhistes fervents s’abstiennent de consommer des aliments susceptibles d’accroître le désir comme les poireaux, la ciboulette, les oignons, l’ail ou les boissons alcoolisées).

Ce midi-là, nous avons opté pour le « combo spécial ». Un plat de champignons enoki frit avec sauce aigre douce et un autre Bai Ye tofu frit avec sauce maison. Pour dix dollars, ces plats sont servi avec rouleau impérial, riz, salades et choix de thé (vert chaud ou courge cireuse froid).

Les assiettes qui rappellent celles qu’on utilise pour les fondues chinoises sont arrivées promptement. Les plats, bien que peu assaisonnés, étaient goûteux et bien maîtrisés. Les enokis étaient apprêtés en tempura (on adore) et servis avec des légumes sautés. Les tranches de tofu cuit au four étaient entourées d’algue et de tempura et nappées d’une délicieuse sauce un peu sucrée. Sans être les meilleurs en ville, les rouleaux se laissent dévorer et quant aux salades, elles ont au moins le mérite de nous faire manger une portion de légumes verts (n’empêche que quelqu’un devra un jour m’expliquer l’acharnement des asiatiques à mettre du brocoli partout). Tout compte fait, la cuisine de Su Shian Yuang est honnête, originale et offre un excellent rapport qualité-prix. Quant  au le thé à la courge cireuse, une spécialité taiwanaise, c’est la grande surprise du repas. Sucré et désaltérant, j’en aurais pris un second verre.

Vivement une nouvelle visite à Su Shian Yuang, cette fois-là en soirée, pour goûter la fondue au lait de soya et à la citrouille (17$) ou encore le mijoté de tranche de soya et bardabe sur plat chaud (15,95$).

Plusieurs plats sont disponibles pour emporter mais la livraison n’est pas encore offerte.

Su Shian Yuang
420, rue Rachel Est
438 380 2829

sushianyuang@gmail.com
Argent comptant seulement.
Pas d’alcool.

google map