Hors-champ

En autant qu’on réussisse à écrire Saint-Chrysostome sur son iPhone, on ne peut trouver meilleur endroit pour cuisiner un souper entre copines que cette magnifique maison au milieu des Jardins d’Ambroisie. Pendant que les derniers légumes de la saison seront bientôt cueillis, Mariève se prépare à donner naissance à son premier enfant et c’est sur ses nouvelles terres que Dominique, Marigil, Émilie et moi nous sommes retrouvées par un dimanche d’automne.

Pendant toute une journée, nous avons improvisé autour des légumes d’hiver : courges, topinambours, choux de Bruxelles, panais… L’idée, c’était d’appliquer ce qu’on prêche à l’année. Une cuisine sans notes et marche à suivre qui laisse à chaque légume l’espace nécessaire pour s’exprimer en solo, duo ou trio.

En entrée, on a eu droit à des choux de Bruxelles grillés avec épinards et ail confit.
Nous avons enfourné quelques gousses d’ail dont la tête avait été coupée sur une grande plaque recouverte de papier parchemin. 350 pour une quarantaine de minutes avant d’ajouter les choux de Bruxelles avec un peu d’huile et de sel pour vingt minutes.

Le plat principal tournait autour de courges délicata farcies de lentilles avec pesto de sauge et graines de citrouille, poireaux et oignons caramélisés et une salade de topinambours crus et morilles. Courge, sauge et graines de citrouille son vraiment les meilleures amies du monde, une combinaison dont on ne se lasse jamais. Le pesto réalisé avec deux tasses de sauge, le jus et le zeste d’un citron, une gousse d’ail, 1 1/2 t de graines de citrouille, de l’huile de tournesol et d’olive (environ 1/4 t chaque) et une pincée de piment a été un gros coup de coeur.

La salade de topinambours a été une étonnante surprise. Nous avons simplement tranché finement les topinambours pour les faire mariner dans un peu d’huile et de jus de citron. Pour ajouter du goût, nous avons utilisé l’huile qui avait servi à faire cuire les morilles.

Pour dessert, Marigil a repris sa recette de quenelles de panais publiée dans La Presse il y a quelques semaines qu’elle a mis sur une croute de noix pour en faire une tarte de panais, servie avec les pacanes glacées, elles aussi dans La Presse. Les cinq filles « qui n’avaient plus faim pour le dessert » en ont toutes pris deux parts. Succès assuré!

Qui a dit que les légumes d’hiver étaient ennuyeux ?

Publicités