Amuse bouche >13 mai 2010

Revue de presse

Encore une fois, la récolte de la semaine a été bonne.

La théorie

Penser avant d’ouvrir la gueule (!) un livre sur la nourriture pour animaux domestique vient d’être publié par la nutritionniste américaine Marion Nestlé.

Un compte-rendu (en anglais) du livre  Pourquoi nous aimons les chiens, mangeons des cochons et portons de la vache de Melanie Joy dont je parlais la semaine dernière .

Intéressant de se rappeler qu’au Québec, 40% des coûts de la production de l’agneau est subventionné par la financière agricole (budget de 630 millions par année). La financière subventionne aussi la production de porc, de veau… Dans un article du Devoir sur les réformes nécessaires dans l’industrie agricole.

Le dernier essai de Taras Grescoe sur la pêche éthique vient d’être traduit en français. Une brève entrevue dans le journal Métro. Et on peut aussi visiter son site.

Le comité présidentiel sur le cancer (USA) recommande la consommation d’aliments biologiques. Quelques extraits: « Risk of environmentally induced cancer has been grossly underestimated,” “nearly 80,000 chemicals [are] on the market in the United States, many of which are…un- or understudied and largely unregulated,” and that “the public remains unaware…that children are far more vulnerable to environmental toxins and radiation than adults.”

Le film Alerte à Babylone réalisé en 2005 retrace les conséquences de l’application des nouvelles technologies comme les OGM. On peut en voir un extrait ici alors que le film au complet est disponible par là.

Le fast food modifie le cerveau. Ces modifications, tant biochimiques que comportementales, sont  identiques à celles produites par la cocaïne et l’héroïne. La spirale de l’obésité serait amorcée comme une toxicomanie.

La pratique

Selon une nouvelle étude, après seulement 5 jours de diète végétarienne, le niveau d’antibiotiques dans le corps humain diminue.

Trois collaboratrices d’Elle Québec testent les Lundi sans viande. Pas facile, mais possible. Grande conclusion : le végé, c’est bon mais ça implique de changer des habitudes, ce qui n’est jamais facile et surtout, ça prend des recettes!

L’été arrive. Des idées originales de BBQ végé : chou, coeur de céleri, oranges sanguines…

Un blogueur du Washington Post s’intéresse lui aussi à la haute cuisine végétarienne. Il est facile d’intégrer des plats sans viande dans la cuisine italienne, c’est une autre histoire avec la cuisine française construite autour de la viande.  « If veggie-friendly food requires chefs to sit with a pen and a pad and brainstorm meatless recipes, there’ll never be much of it. If it just requires them to emulate and tweak something they’ve long loved eating, then it’ll become a natural addition to menus. » L’idée, c’est donc de créer une tradition culinaire sans viande. Go go go !

Nouvellement installé à Londres et New York, le restaurant Otarian met l’emphase sur la réduction des émissions de CO2 : les émissions associées à chaque plat sont inscrites à côté du prix.

Le maïs, la courge, les épinards… c’est mieux d’acheter frais ou congelé ?

Sorties

Jae steele,  auteure de Get it Ripe, mon livre de recettes préféré, sera à Montréal le 3 juin pour animer un atelier sur la santé et le bonheur. Yé. Jae lance aussi son nouveau livre Ripe from around here dont je vous parlerai sous peu. Re-Yé.

Si vous êtes à Paris le 30 mai (et s’il fait  beau), pique-nique végétarien aux Buttes Chaumont.

Le reste

Un collaborateur du New York Times se fait renvoyer d’un resto après être intervenu auprès du chef qui criait après un de ses employés. Il se demande comment il aurait dû agir.

Tout ne baigne pas dans l’huile dans le marché de l’huile d’olive. Un intéressant papier rempli de trucs pour éviter de se faire arnaquer.

Une autre grosse brute abandonne le jambon. Mike Tyson est devenu végan. Eh ben

Et si vous avez manqué la livraison d’amuses bouche de la semaine dernière (6 mai), c’est par ici.

Le fast food modifie le cerveau. Ces modifications, tant biochimiques que comportementales, sont
identiques à celles produites par la cocaïne et l’héroïne. La spirale de
l’obésité serait amorcée comme une toxicomanie…

Publicités