foodsexshark169

Forks over knives

Si on est ce qu’on mange, les américains décrits dans le documentaire Forks Over Knives qui prend l’affiche cette semaine à Montréal seraient de gros tas de déchets. Obèses, diabétiques, cancéreux et cardiaques, leur salut ne passerait pas par les diètes et les pilules qu’on essaie de leur vendre mais bien par une alimentation végétalienne fondée sur les aliments entiers. Forks Over Knives de Lee Fulkerson débarque chez nous au moment où les blockbusters de l’été envahissent les écrans. Avec un sujet à priori peu appétissant et un traitement qui rappelle la télé communautaire trifluvienne des années 90, son succès est loin d’être assuré. N’empêche que Forks Over Knives mérite qu’on y consacre un petit 90 minutes.

La trame de fond : deux médecins, le Dr Colin Campbell spécialisé en nutrition à l’Université Cornell et le  Dr Caldwell Esselstyn, ancien chirurgien cardiaque de Cleveland et qui ont tous deux étudié les rapports entre la nutrition et la maladie pendant toute leur carrière. En faisant le tour d’une série d’études cliniques réalisées partout dans le monde au 20e siècle, on réalise avec les deux médecins qu’Hypocrate avait bien raison lorsqu’il disait « Que ton aliment soit ta seule médecine ! ». Les gras animaux et les aliments transformés sont responsables d’une grande partie des cancers, des problèmes cardiaques et d’obésité et de diabète qui touchent un nombre croissant d’américains. La thèse du film tourne en fait autour du best seller The China Study du Dr Campbell publié en 2005 et qui a converti de nombreux américains aux vertus du véganisme, dont l’ex président américain Bill Clinton.

Malgré ses longueurs et la faiblesse de sa réalisation, Forks Over Knives est un film intelligent et captivant. Surtout, il remet  efficacement en question la certitude largement répandue qu’un grand verre de lait par jour est la clé d’une longue vie et que les grandes maladies sont des fatalités. Bien que ceux qui en ont le plus besoin risquent d’y préférer Fast Five, Forks Over Knives peut sauver des vies.

About these ads

2 Comments

  1. J’espère bien voir le film dans les prochains jours. Merci de me prévenir concernant le «traitement qui rappelle la télé communautaire trifluvienne des années 90», j’aurais été déçue! Lol! Tu brosses un beau portrait de la chose. ;) Là, au moins, je sais à quoi m’attendre. Je planifie aussi lire The China Study très bientôt!

  2. Moi aussi, j’ai bien envie de voir le film. Je ne savais pas que le docteur Campbell en faisait partie! La bande-annonce donne le goût d’en savoir plus.

Les commentaires sont fermés.